Publié le : 2015-10-22Catégories: Rédaction

Comment bien utiliser les guillemets?


Pour faciliter la lecture de vos textes, il est très utile de connaître les règles de base de la typographie. Ce cher Guillaume, inventeur des guillemets, nous a légué deux jolis signes qui, bien utilisés, améliorent la lisibilité. Prenez quelques minutes pour faire le point sur ces négligés de la ponctuation.

1. Il existe trois types de guillemets.

Ce sont les guillemets :

  • français (« »)
  • anglais (‘‘ ’’)
  • allemands (‘ ‘)

Les guillemets français, aussi appelés « chevrons », sont ceux à privilégier quand vous écrivez dans la langue de Molière. Les deux autres types sont toutefois utiles pour marquer différents niveaux dans une citation :


« Le directeur a expliqué comment il ‘‘n’entendait pas céder aux ‘moyens de pression intensifs’ annoncés par les employés’’ d’ici la fin des négociations. »


À l’instar de l’équation mathématique qui sépare ses différentes opérations entre parenthèses ou crochets, la phrase comporte sa propre logique de division des éléments qu’il convient de maîtriser pour bien guider son lecteur.

Truc de pro : Savez-vous dans quelle langue est configuré votre clavier? Comme les claviers sont généralement réglés par défaut pour l’anglais, il se peut que vous cherchiez longtemps avant de trouver les chevrons. Prenez deux minutes pour configurer le vôtre en français, vous épargnerez beaucoup de temps (et de patience) plus tard!
 

2. Les noms de marques et d’entreprises ne s’écrivent pas entre guillemets.

« As-tu vu mon beau Frigidaire! » Les marques ont tendance à se fondre au vocabulaire courant et il faut noter qu’elles ne sont jamais, ou presque, encadrées de guillemets. Le Guide du rédacteur note cependant une exception : si la marque désigne un produit de luxe, elle peut se placer entre guillemets.


Elle paradait sur le tapis rouge, portant à son bras le dernier « Hermès ».


Maintenant, à vous de déterminer si la marque dont vous parlez exprime le luxe. Il peut paraître étrange, en effet, de lire que vous avez mangé ce midi du « Chef Boyardee »…

3. Les guillemets peuvent indiquer une volonté de distance avec le mot employé.

Voilà une de mes fonctions préférées des guillemets. Il s’agit de l’équivalent écrit du fameux mime « index et majeur de chaque main qui plient dans les airs ». Encadrer un mot ou une expression de guillemets permet de marquer une distance avec le mot employé pour créer un effet d’ironie, de doute ou de critique, entre autres.


Ma collègue s’absente souvent à cause d’un « mal de tête », surtout le lundi matin.


Les guillemets peuvent aussi signifier que l’on reconnaît la maladresse ou l’erreur de langue dans l’énoncé que l’on écrit :


L’enfant ne voulait plus aller à l’école, car il avait peur de « la grosse autobus ».

4. On met entre guillemets les mots qui se désignent eux-mêmes.

Dans une phrase, lorsqu’un mot est employé pour se nommer lui-même, il est généralement mis entre guillemets pour montrer son statut particulier.


Les « je ne sais pas » et les « peut-être » ne font pas partie de notre culture d’entreprise.


Dans ce cas-ci, omettre les guillemets créerait un sérieux problème de syntaxe et rendrait le lecteur perplexe.
Le même principe s’applique pour les mots qu’on nomme pour les expliquer.


On appelle communément « grippe » la maladie causée par le virus de l’influenza.


Il faut savoir que les sources ne s’entendent pas toutes à propos de cette dernière utilisation des guillemets. Certains ouvrages recommandent l’italique et alors que d’autres ne mettent aucune marque. À vous de voir! L’important, comme toujours, est de rester constant.

5. Dans un texte écrit à la main, les guillemets peuvent remplacer l’italique.

Avez-vous déjà tenté d’écrire en italique? Si oui et que vous avez abouti, comme moi, crayon, feuille, tête et puis corps penchés, vous serez heureux d’apprendre que les guillemets peuvent venir à votre rescousse dans cette situation.

Si votre texte pullule déjà de guillemets, vous pouvez les troquer contre le soulignement.

6. En français, il y a une espace après le guillemet ouvrant et avant le guillemet fermant.

Je répète : en français, il y a une espace après le guillemet ouvrant («) et avant le guillemet fermant (»). Des espaces insécables, d’ailleurs. Les omettre est une erreur commune, puisqu’il n’y en a pas en anglais, c’est-à-dire que le texte est collé sur le guillemet qui le précède ou le suit.

Typographie française : « Je n’oublierai plus jamais cette règle de français. »
Typographie anglaise : ‘‘Let’s hope I don’t make this mistake again.’’

NOTE : Oui, vous avez bien lu « une » espace. Dans le domaine de la typographie, le mot espace peut être féminin. Il réfère à la lamelle auparavant utilisée par les imprimeurs pour créer un blanc d’une certaine largeur entre deux mots. Le terme est resté dans l’usage, même si les textes sont maintenant produits de manière informatisée. Pourrait-on parler alors de… cyberespace? ;-)

7. Dans la citation d’une phrase complète, le point se place à l’intérieur du guillemet.

Point avant, point après? Ça dépend de la façon dont s’imbrique la citation. Rappelez-vous toutefois cette règle simple apprise en première année du primaire : une phrase complète commence par une majuscule et se termine par un point. Pareil pour la citation.


Le ministre a déclaré : « Les coupures ne toucheront pas les services aux élèves. » Les syndicats sont pourtant d’un autre avis.


Notez qu’il n’y a pas de point final supplémentaire après le guillemet fermant. Un seul point, c’est bien suffisant!

Enfin, en matière de typographie, l’important est de rester cohérent. Les ouvrages divergent souvent, se contredisent même parfois. Il faut donc faire un choix et s’y tenir. Dans le doute, n’oubliez pas que vous pouvez communiquer avec La Langagière!

Laisser un commentaire

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.